Apprendre l’anglais avec Fleex

Ne le cachez pas, vous êtes un fan de série. Que vous ayez adopté le ton acerbe de Sue Sylvester (grâce à mon article) ou que vous soyez fans des réflexions prosaïques de Ted Mosby, vous attendez forcément la sortie d’un épisode d’une série actuellement diffusée… sauf que voilà: M6 va mettre cinq ans à racheter les droits d’auteurs (et en cinq ans, dieu sait combien de spoliers malheureux on croise sur tumblr, sans parler du simple fait que notre patience de fan A DES LIMITES) et vous parlez anglais comme une vache espagnole -ça n’aide pas… Alors, on fait comment, pour être à jour en comprenait très vaguement un mot sur deux que nos personnages préférés balancent à tout allure? On utilise Fleex.

Un principe intelligent

Le principe est simple: pour un abonnement mensuel de 4.90€ ou pour 30€ à vie, vous pouvez utiliser Fleex, qui propose de procéder à des sous-titres dits « ajustables ». Le but est de vous améliorer en anglais -et pas seulement de regarder le nouveau GOT, sorry. En 2012, Guillaume Dupuy et Alexandre Point peuvent lancer cette application qui révolutionnera vos cours d’anglais barbants: vous pouvez choisir une certaine fréquence de sous-titres, en éliminer certains ou en demander d’autres. Si, au cours de la vidéo, un mot vous est inconnu ou si vous ne le comprenez pas, il vous suffit de faire pause et d’appeler Fleex à la rescousse. Aussitôt, vous aurez la phrase écrite en français, en anglais et une traduction/définition plus détaillée de chacun des mots vous sera accessible. D’ailleurs, les mots compliqués et pourtant fréquents seront répertoriés sous forme d’un carnet de vocabulaire. Un retour à l’école un peu plus ludique que le fait d’apprendre par cœur la page 348 de votre livre de grammaire, c’est certain!

Des problèmes de législation?

Le processus n’est pas parfait pour autant: il y a trois manières d’utiliser l’appli, et l’une d’elles pose problème. Il s’agit du service PopCornTime, qui est basé sur du streaming… illégal. Le créateur admet qu’ils sont en « zone grise, voire gris foncé ». En attendant, c’est sympa pour notre anglais!

Comments are closed.